• Lettre Petite Cordée 4

    Le cavalier et son cheval... Voilà la petite histoire spi de cette semaine... ou l'apprentissage de l'obéissance. 

    Il y a différente manières de monter. Le cavalier peut avoir une selle, des rênes, les mors, une bombe en cas de chute... et c'est parti ! Pour tourner à droite, on ouvre le bras à droite, pour l'arrêter, on tire... pas très délicat tout cela, mais évident... Puis, il y a certains cavaliers qui montent à crus, rien de très stable pour tenir donc, mais ça demande une maîtrise beaucoup plus grande, une certaine souplesse aussi... Enfin, il y a ceux qui n'ont ni selle, ni rêne, ni mors, rien... que leur corps pour exprimer au cheval quel chemin emprunter, quel obstacle sauter : ça demande beaucoup de travail, de patience, d'union entre le cavalier et sa monture... tout se fait dans une parfaite obéissance de l'un à l'autre, une parfaite écoute. 

    Dieu, c'est le cavalier. Toi le cheval. Au départ, on n'est pas très docile : il nous faut des signaux clairs, très clairs, évidents pour avancer, quelques pairs de claques paternelles de la part de Dieu pour nous réveiller quand on va se prendre un mur... On est novices... il nous faut tout apprendre 

    Puis, peu à peu, nos sécurités s'en vont : Dieu veut nous apprendre une obéissance plus profonde, plus mâture, plus adultes. On devient plus souple à la grâce. 

    Enfin, v=V (ma volonté=Volonté de Dieu) : je ne fais plus qu'un avec mon Seigneur. Il suffit qu'il effleure ma volonté pour que je comprenne son projet d'Amour, la direction qu'il m'indique. C'est la sainteté, l'union à Dieu !